Mon premier TREC

Un projet réalisé, un rêve devenu réalité

Après avoir écrit un article sur la découverte du TREC que l’on peut retrouver ici et le derrière du TREC en tant que bénévole écrit par Aliénor que vous pouvez lire par là.

Mais aujourd’hui, je vais écrire un article un peu différent car je vais vous parler de mon ressenti personnel après avoir fait mon premier TREC.

Par où commencé ? Et bien il faut savoir que je me prépare depuis presque un an pour sortir en TREC. Il me manquait seulement une équipe pour vraiment sauter le pas. Et j’en ai trouvé une super !

Je me suis entraînée en sortant régulièrement en extérieur pour travailler le souffle de ma jument et qu’elle prenne de la condition physique. Bah oui, un gros poney gras, c’est pas le mieux pour sortir et faire une journée intense comme un TREC. Mais il suffit pas de sortir qu’en extérieur, il faut également travailler à pied, et le dressage car la maîtrise des allures demande de savoir contrôler, et avoir son cheval à l’allure demandée. On s’est donc inscrite pour notre premier TREC, le 3 Juillet 2016. Pour ne rien oublier, un petit conseil, préparer une liste la veille et rassembler déjà vos affaires pour le lendemain.

Le TREC était organisé par l’association Equassyon, à Nesmy en Vendée.

Matin POR et maîtrise des allures

On est donc arrivé le matin de bonne heure et de bonne humeur. On a commencé à préparer nos chevaux et nous sommes allées en salle des cartes. On avait de supers grooms pour s’occuper de nos chevaux en attendant, et je les remercierais jamais assez pour leur aide et leur soutient.

Dans la salles des cartes, on a d’abord recopié nos cartes et ensuite on s’est partagé le travail : l’une faisait les kms avec sa réglette et l’autre repérait les endroits où il fallait faire plus attention. Une fois terminé, nous voilà parties sur le circuit pour une matinée de POR. Malgré quelques erreurs de parcours c’était très enrichissant de faire ce parcours. J’ai eu, pour la première fois, une jument dynamique et qui n’a pas peur des chevaux qui arrivent derrière nous alors que d’habitude, elle stresse. Elle s’est donnée à fond jusqu’au bout. Après le POR, on a fait la maîtrise des allures. Je me doutais un peu de ce qu’il allait se passer. Nous avons perdu des points sur le galop. En effet, Titouane a du mal à partir au galop et le conserver sur un petit espace. Je sais maintenant qu’il faut qu’on le travaille.

Après midi PTV

Le plus dur était à venir, le PTV. Je me demandais si j’allais être capable de faire toutes les difficultés et particulièrement les sautants. Lors de la reconnaissance, les difficultés n’étaient pas trop compliquées pour le début mais arrivée au tronc, il était un peu imposant, pas en hauteur mais en largeur. Le tronc était posé sur de la terre. J’ai commencé à avoir peur et à stresser. J’appréhendais également que Titouane stresse d’être seule sur le parcours, qu’elle ne m’écoute pas et qu’à mon tour je panique aussi.

 

Arrivée sur la détente avec les conseils avisés et réconfortants de mes deux grooms Aliénor et Sabrina. J’ai pris mon courage et bizarrement Titouane était vraiment détendue et au fur et à mesure, j’étais beaucoup moins stressée.
Je suis partie sur le PTV avec dans l’idée de faire mon maximum tout en gardant mon calme pour aider Titouane. Tout s’est très bien passé, la bordure maraîchère en selle, on peut faire mieux car elle est sortie des bordures avant la fin. J’ai eu une immobilité parfaite en selle, le trèfle avec les drapeaux, un jeu d’enfant, comme le slalom qu’on a fait également au trot. En arrivant sur le tronc, ma peur du saut est revenue, même si je savais qu’elle en était capable je ne voulais pas lui transmettre ma peur. J’ai donc décidé de ne pas le faire. Je suis directement aller à la maniabilité, encore une fois une jument qui déplace ses hanches avec un facilité déconcertante. Le contre-haut, une petite hésitation mais elle y a été et le contre bas c’était vraiment très rigolo car elle est descendue un peu rapidement et a commencé à secouer la tête comme pour partir en rodéo mais elle s’est vite ressaisie et on a été sur le chapeau du gendarme, qui était plutôt ardu pour la descente, mais c’est bien passé quand même. On a fini à pied pour la bordure maraîchère, le tronc et pour finir le meilleur pour la fin pour nous le reculé en main.

 

Je suis très fière d’elle mais pas seulement, je suis fière de moi car j’ai décidé de faire confiance à Titouane et elle m’a prouvé qu’on pouvait y arriver. Une journée formidable et qui restera dans ma mémoire.

Je compte bien en refaire un bientôt en Septembre avec mon équipe préférée et j’espère aussi avec ma super groom.

Lisbeth Lumpp

Ce jour là, la championne de France (3 fois de suite), nous a fait l’honneur de venir en Vendée pour participer au premier TREC organisé dans notre département.

 

         Coralie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *