Vivre avec une cavalière

Autre tous les tops divers et variés que l’on trouve sur internet, style « pourquoi les cavalières sont les meilleures » j’avais envie de me mettre à la place de la personne qui partage ma vie mais pas ma passion.

Parce que mon chéri, les chevaux franchement ça lui fait ni chaud ni froid. Au début il a essayé de s’intéresser, ça n’a pas duré.

Attention je me mets dans sa peau.

Ce gros machin orange, il est marrant, un peu grand et costaux. Il me suit partout. C’est sympa peut-être un jour je monterai à cheval pour lui faire plaisir.

Il faut l’emmener voir sa jument, c’est loin. Il fait chaud. Tout ça pour 3 carottes. Je ne comprends pas bien, pourquoi elle aime ce machin-là ?

Elle a emménagé à la maison avec toutes ses affaires, son chat et toutes les affaires du cheval. Elle a une garde-robe entière pour ce machin. Dans le garage ça ira bien, en plus ça pu.

Il y a plein de soirée ou je me demande ou elle est. Quand j’envoie un sms j’ai toujours la même réponse « Avec Sirène ».

J’ai eu peur pour elle quand la jument c’est emballée. Elle m’a distancé et j’ai cherché un moment avant de les retrouver, les rênes à la main. (j’ai eu peur aussi et je l’ai raconté )

Souvent elle me demande si je veux venir avec elle, mais ça ne m’intéresse pas.
Le déménagement à cheval sur 40km (raconté ici), enfin à cheval pour elle, pour moi à vélo. Entre la jument que j’ai cherché comme un dingue quand elle s’est évadée à midi. Et Aliénor qui s’est perdue. Je crois que je les aurais bouffé toute les deux en rôti.

Elle m’a aussi fait venir à des compétitions. Pourquoi lui ai-je offert des places pour les mondiaux ?
Autant la voltige c’est sympa à regarder, c’est un peu spectacle. Autant l’obstacle en voir 40 passé les uns après les autres faire la même chose, je ne vois pas l’intérêt.

Je suis content qu’elle ne pratique pas la compétition, sinon je me sentirais obligé d’aller la regarder et j’ai envie de profiter de mon dimanche.
Bon elle tient toujours à me raconter ce qu’a fait ça jument à chaque fois qu’elle rentre, j’y comprends pas grand-chose et puis j’écoute d’une oreille. En plus qu’est que ça pu.

J’ai fait l’effort de soigner Sirène quand Aliénor n’était pas là. Je l’aime bien quand je ne suis pas obligé de lui courir après.
Maintenant qu’on a à déménager, les affaires du cheval sont en partie dans la salle à manger…

Je ne comprends pas pourquoi elle aime autant cette jument et pourquoi elle dépense autant d’argent alors qu’elle ne la monte pas.

Mon mot de la fin : Cette passion n’est pas simple pour nos compagnons mais eux aussi on les aime quand même.

Aliénor

2 thoughts on “Vivre avec une cavalière

  1. Personnellement j’ai la chance d’avoir un chéri qui pratique l’équitation en mode « rando-loisirs ». Il a découvert la compétition avec moi (c’est lui qui conduit le van !) et à vrai dire à chaque fois j’avoue qu’il fait de gros efforts pour moi ! Bon j’ai intérêt à ramener le flot sinon c’est le refrain « 3h de logistique pour du bois ! ». Mais bon je n’ai pas à me plaindre il répond toujours présent pour la balade du dimanche matin à la fraîche ! D’autant plus qu’il tolère mon odeur « équine » (bien qu’il soit à 2 doigts de m’installer un lit dans le boxe de mon cheval !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *