Site Loader
confiance cheval cavalier

Revenons au début de mon histoire équestre.

J’ai comme toute petite fille voulu faire du poney, mais ma famille n’avait pas vraiment les moyens de me faire prendre 1 cours par semaine. J’ai donc fait quelques stages poney. Le tout premier fut soldé d’un magnifique soleil. Ma toute première chute, devant l’intégralité des familles puisque c’était le dernier jour.
Plusieurs années plus tard je suis inscrite au centre équestre municipal de Poitiers, encore aujourd’hui les tarifs sont en fonction du quotient familial et ça c’est génial ! Bref, j’ai fait 4 ans là bas. Ma quatrième année j’avais une monitrice qui ne correspondait juste pas a ce que j’attendais d’un cours d’équitation. J’ai arrêté de monté en club. J’ai eu une demi-pension sur un cheval adorable et très grand qui m’a fait prendre conscience que je ne voulais plus prendre de cours.

Suite a ce grand loulou, j’ai rencontré 2 chevaux : Neptune et Sirène. A la base je montais Neptune, Sirène étant trop compliqué pour moi. Quand la propriétaire a souhaiter se séparer de Sirène nous avons trouvé un compromis.
Elle m’a confié Sirène. On a eu des moments très compliqués ou la jument ne se laissait pas approcher, on a recommencer à 0, à pieds.

La révélation

C’est quand j’ai décidé d’acheter Sirène en Août 2013 que j’ai eu une grosse remise en question. Est-ce que ce que je fais avec elle est adapté ?
Est-ce que je fais les choses correctement ?

Encore aujourd’hui je me pose régulièrement des questions. Que ce soit pour son quotidien ou dans mon équitation.

J’ai souvent la réflexion  » tu contrôle rien du tout, c’est elle qui décide « , j’ai toujours la même réponse :  » Non, on discute, on fait des compromis l’une et l’autre ».

 

Je vis mon équitation comme j’ai envie d’être dans la vie quotidienne. Dans l’amour, le partage et la liberté.
Sirène s’exprime, moi aussi et entre les deux, on discute. Mon équitation n’est pas parfaite, mes actions parfois trop floues. Je sais quand elle s’énerve, je sais quand elle s’applique et je sais aussi quand elle est d’accord avec moi.

Je vivais l’équitation comme un sport, presque mécanique. On applique une méthode et sa fonctionne avec tous. Sauf que non.
Chaque cheval est unique, chaque cavalier est unique et le couple qu’ils forment est aussi unique.
Alors oui il y a quand même une méthode globale à choisir en fonction de ses idéaux et de ses objectifs. Qu’on soit cavalier de classique, de western ou juste à pied.

Sirène est mon déclic au quotidien, elle me donne des idées, des réflexions, des peines mais surtout des joies.

Ne vivez pas l’équitation comme un moyen, comme un but. Voyez ça comme le chemin du bonheur.

 

Cet article a été écrit dans le cadre de la cavalcade des blogs de juin 2018 organisé par Ponydriver.
Le thème de ce mois-ci était le changement de perception. J’ai écris plusieurs fois pour la cavalcade, pour la confiance équestre mais aussi les bénéfices d’une pause et plein d’autres.

Post Author: Aliénor

Cavalière passionnée, propriétaire d'une jument trotteur français du nom de Sirène du Bijou qui fait régulièrement office de crash test.
Ma vie se résume a monter a cheval et manger des bonbons devant Netflix.

2 Replies to “Ce petit truc qui a fait que…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.